Partir et voyager léger

C’est l’hiver … les vacances approchent … et quoi de mieux que d’appliquer nos nouvelles résolutions du quotidien en voyage. 

Selon l’Organisation mondiale du tourisme, 1 186 000 000 touristes internationaux ont parcouru le monde en 2015 (le nombre a pratiquement doublé en seulement 15 ans). Une tendance qui va aller en s’amplifiant puisque 1 800 000 000 touristes internationaux sont prévus en 2030 : une hausse du nombre de touriste de +52 %!

Pour comprendre l’évolution du tourisme et ses impacts, je vous invite à regarder cette infographie de l’ADEME.

Lire la suite »

La réalité des « bioplastiques »

🌎 Les Bioplas’tocs

Beaucoup se demandent pourquoi autant insister sur les sacs réutilisables en tissu alors que de foOooOoormidables alternatives en « bio » plastique existent! On peut joyeusement tirer sur le rouleau au supermarché à chaque fois qu’on y va pour y mettre deux pommes ou trois bananes ! Tout va bien, c’est naturel, biodégradable voire même compostable! Youpi! 🎉

Mais outre le fait qu’on n’a pas besoin d’un sac pour acheter des bananes, il faut savoir qu’une fois de plus cette histoire de bioplastique était bien sûr trop facile. Les industriels, ces grands humanistes qui ne veulent que rendre nos vies plus belles, maintiennent volontairement le flou et la confusion sur cette grosse arnaque.

 

Les sacs dits « biosourcés » sont partiellement composés de matière végétale, les industriels ont jusqu’à 2025 (tranquille!) pour atteindre les 60% minimum… Il s’agit donc de ressources alimentaires qu’on utilise pour faire des sacs jetables, notamment pomme-de-terre, blé, maïs gourmand en terres, eau, pesticides et souvent OGM. A l’heure de la surexploitation des sols, de l’abondance de pesticides, des questions sur la rareté de l’eau et où plus de 800 millions de gens meurent de faim… est-ce bien malin ? Ajoutons que l’autre partie de ces sacs reste composée de pétrole et de produits chimiques.

La mention « biodégradable » annonce quant à elle que, si les nombreuses conditions sont réunies, le produit finira par disparaître de notre vue mais qu’il se répandra en milliers de petits morceaux (les microplastiques). Ils pollueront ainsi vicieusement la nature et la chaîne alimentaire pour toujours. On trouve désormais jusqu’à 12.000 particules plastiques par litre dans les glaces de l’océan Arctique.

Les sacs dits « compostables » (ok-compost) ne le sont en fait que dans les composts industriels (atteignant dans les 50 degrés). Très peu de villes sont équipées de ces poubelles spéciales. Il faut donc jeter ces sacs dans la poubelle générale, car ils ne sont même pas recyclables. Quant aux sacs « compostables à la maison », le résultat n’est pas concluant au bout de plusieurs mois dans un lombricomposteur.

Au final, ces appellations soi-disant écologiques ne font qu’embrouiller les consommateurs, perturber le cycle du recyclage déjà laborieux et polluer encore davantage.


Quels qu’ils soient, ces sacs finissent massivement dans la nature et dans l’océan où ils blessent et tuent les animaux. On estime que 1,5 millions d’oiseaux marins et 100 000 mammifères meurent ainsi chaque année à cause de nos déchets plastiques dans les océans. Ceci étant valable pour les sacs mais également pour toutes les soi-disant alternatives aux produits comme les pailles, les ballons de baudruche… 🎈 La paille en amidon de maïs par exemple, présentée comme une idée de génie, ressemble à s’y méprendre à une paille de chaîne américaine qui vend du « café ». Alors comment les distinguer le jour où on vous en sert une? Puis si cette paille atterrit dans un océan, ce qui arrive très souvent, le temps qu’elle se dégrade une tortue ou tout autre animal a largement le temps de se faire blesser par elle comme avec n’importe quelle paille 100% plastique. Je fais référence à la vidéo où une tortue a été retrouvée en plein océan avec une paille complètement enfoncée dans le nez. Le douloureux moment de son extraction est visible sur Youtube si vous avez le cœur bien accroché.

Une fois encore, il s’agit de toujours s’interroger sur le besoin réel d’utiliser ce type d’objet (est-ce que j’ai vraiment besoin d’une paille pour boire?! Est-ce que j’ai vraiment besoin de ce sac plastique pour y mettre une pomme ou deux citrons?…) et de n’utiliser que des versions durables et réutilisables.

Comme on ne doute pas que les sacs en tissu réutilisables et le refus de tous les plastiques jetables sont devenus une évidence pour nos nouveaux terriens 😁 n’hésitez pas à faire passer le message à ceux qui « tirent sur le rouleau » en magasin ou seraient tentés de le faire. Dites stop aux fausses solutions!

Photo by rawpixel on Unsplash

L’impureté des énergies « propres »

L’économiste et prix Nobel, Jeremy Rifkin, affirme que nous sommes en train de vivre notre 3ème révolution industrielle, qui grâce aux énergies renouvelables et au numérique/ digital, nous permet de bénéficier d’une énergie quasiment gratuite.

Ceci dit, la gratuité n’est qu’une question de point de vue … en tout cas, elle ne l’est pas, ni termes de rejet de CO2, ni de rejets chimiques.

Il est de plus en plus crucial de développer notre sobriété à l’égard de notre énergie, de notre mobilité et de notre empreinte digitale. 

Lire la suite »

La seconde vie cachée des objets

En dehors de l’utilisation que l’on en fait, on pense rarement aux aventures que les objets que l’on utilise ont pu vivre avant qu’on ne les possède (extraction des matières premières, fabrication, transport…) ou qu’ils vivront après qu’on s’en soit débarrassé, car non, ils ne se volatilisent pas! 😉 

Dans cet article, nous allons donc tenter de te donner une idée du poids environnemental global que la vie d’un objet fait peser sur la planète, pour par la suite questionner nos réflexes de consommation et montrer qu’il existe des alternatives à l’achat de produits neufs, qui, en plus d’économiser matières premières, énergies, eau et production de CO2, ne sont pas moins excitantes ou qualitatives, souvent même plus !

Lire la suite »

La vraie valeur de l’argent

Avez-vous remarqué comme en France, le mot « argent » fait débat? Nous avons traditionnellement un rapport compliqué et quelque peu ambivalent avec la notion même de « faire de l’argent ».

Cela découle bien évidemment de l’évolution de notre Histoire et des différents courants socio-culturels que nous avons traversés et sur lesquels je ne reviendrai pas ici.

Intéressons-nous plutôt au présent et aux réponses qui nous sont proposées :

Lire la suite »

Naturez vos vies !

Dans nos vies de citadins très occupés, trouvons le temps et l’énergie pour le contact avec la nature.

Ce contact nous apaise, nous rappelle d’ou notre nourriture vient et nous enlève cette saveur « hors sol » que nous avons après des heures passées dans nos « boites » comme dirait Pierre Rhabi

Paris est une des villes les plus denses au monde, et une des plus minérales.Lire la suite »

La vision des Nouveaux Terriens

Mais au fait comment Les Nouveaux Terriens voient le monde ?

Dans ce petit article, nous voulions partager avec vous quelques analyses qui expliquent pourquoi nous avons décidé de créer les Nouveaux Terriens. Vous verrez aussi (non scientifiquement) ce que serait une Nouvelle Terre. Plutôt sympa à vivre, vous allez voir !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et si on parlait FINANCE ETHIQUE & SOLIDAIRE ?

Souvent, quand nous entamons une réflexion sur le sujet de notre épargne ou plus généralement du fonctionnement de notre compte en banque, nous nous posons tous les mêmes questions : Où va mon argent? Quelle banque choisir pour m’assurer que mon épargne soit utilisée pour des projets qui font sens pour moi? Est-ce que finalement cela a un impact réel sur la planète? Existe-t-il vraiment des solutions concrètes pour ne pas alimenter un système dont nous avons tous pu constater les excès lors de la crise de 2008?

A cela voilà les premières précisions que je peux vous apporter concernant le secteur bancaire :

Lire la suite »